• Le ministre de l’Économie a rappelé ce lundi que les prêts garantis par l’État (PGE) seraient bien à rembourser à partir de mars 2022.

Un nouveau report non souhaitable


« Je n’envisage pas de mesure universelle » de nouveau report du remboursement des PGE, déjà décalé d’un an par le gouvernement, de mars 2021 à mars 2022, a déclaré le ministre devant le patronat de l’hôtellerie-restauration.

« Je pense que le remède serait pire que le mal », a-t-il ajouté, lors du 6e congrès du GNI-Synhorcat, qui regroupe les indépendants du secteur.

« Redécaler d’un an, je pense que cette mesure générale, transversale, n’est bonne pour personne », a poursuivi Bruno Le Maire devant plusieurs centaines de patrons de cafés, hôtels, restaurants, traiteurs ou discothèques, réunis lundi et mardi.

« J’aurais pu l’envisager si l’économie n’avait pas redémarré, si on était encore en situation de grande difficulté économique, mais, là, on va faire au minimum 6,25 % de croissance : l’économie redémarre, les consommateurs sont là », a-t-il plaidé.

« Des solutions au cas par cas »


Plus de 690 000 PGE ont été accordés pour plus de 140 milliards d’euros depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020, permettant de renflouer la trésorerie des entreprises face à une chute brutale de leur activité.

« En revanche, et c’est l’engagement que je prends aujourd’hui devant vous, aucun d’entre vous n’aura de difficulté de trésorerie liée au remboursement de PGE », a affirmé le ministre, promettant « des solutions au cas par cas […] pour qu’il y ait un accord entre le banquier et son débiteur, sous l’autorité de l’État »

ouest france